contact@projetkjk.org (+223) 20 71 93 93

Lancement de la campagne de Chimio-prévention du Paludisme Saisonnier (CPS) Edition 2019

24 Juil
0
0

Lancée, le 22 juillet à Kadiolo (capitale du Folona) dans la salle de spectacle de la maison des jeunes, sous la haute présidence de Monsieur le Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Monsieur Michel Hamala Sidibé.

La cérémonie a enregistré la participation des acteurs clés de la lutte contre le Paludisme au Mali notamment les personnalités du Département de la santé, des acteurs de la santé (Etatiques et non Etatiques), des partenaires techniques et financiers parmi lesquels, le projet USAID-KJK.

Cette  année deux stratégies seront adoptées à savoir : le centre fixe et la stratégie avancée) :

  • Stratégie fixe à Bamako, les capitales régionales et les chefs-lieux de cercle ;
  • Stratégie porte à porte dans les autres localités.

Les deux stratégies porteront sur l’administration de la Sulfadoxine Pyrimétamine (SP) et l’Amodiaquine (AQ) aux enfants.

Elle consiste à donner une combinaison de SP+AQ à dose thérapeutique pour une prévention pendant la période de haute transmission du paludisme. Les médicaments sont donnés une fois par mois pendant 4 mois. Après chaque administration (SP+AQ à J1, AQ à J2 et J3) l’enfant est protégé pendant 4 semaines. Les cibles de cette stratégie sont les enfants de 3 à 59 mois.

Monsieur Michel Hamala Sidibé dans son discours, a  invité toutes les mères, les chefs de ménages, les autorités coutumières, les leaders communautaires et religieux, les associations féminines, les autorités politiques et administratives à s’investir pour la réussite de la campagne, pour le bonheur des enfants du Mali.

Enfin la cérémonie de lancement a pris fin par l’administration de la 1ère dose des médicaments CPS par le ministre de la Santé et des Affaires Sociales à un enfant.

Rappelons que selon le Rapport paludisme 2018 de l’OMS, le nombre de cas de paludisme a été estimé à 219 millions dans le monde en 2017.

 

Et au Mali, Au Mali, le paludisme constitue un réel problème de santé publique et représente le premier motif de consultation avec un taux de 34%. Les statistiques sanitaires de 2018 (SLIS) font état d’environ 2 614 104  cas de paludisme dans les formations sanitaires publiques et les rapports fournis par les Agents de Santé Communautaire (ASC). Les mêmes statistiques indiquent qu’il a été enregistré au cours de l’année 2018,  1 863 131 cas simples et 750 973  cas graves. Le nombre de décès était malheureusement de  1 001 décès, soit un taux de létalité de 0,38‰.

Publier par: Categorie: Non classé

Fair un commentaire